La confession, sacrement de la miséricorde

« Père, j’ai péché contre le Ciel et contre Toi » (Lc 15,21).

Reconnaissons humblement que nous sommes pécheurs. Nous avons péché contre Dieu et contre notre prochain, contre la communauté chrétienne et contre la nature, contre nous- mêmes… ouvrons notre cœur à un ministre de la réconciliation, c’est-à-dire à un serviteur de la miséricorde, un prêtre, en nous rappelant les paroles de Jésus au soir de Pâques, lorsqu’il souffla sur ses disciples : «Recevez l’Esprit Saint. Ceux à qui vous remettrez les péchés, ils leur seront remis… » (Jn 20,23).

La confession affine notre conscience, nous redonne vie et force pour le combat spirituel, apaise notre cœur et anticipe le jour du Jugement. Elle nous permet de vivre en paix avec Dieu, avec nos frères et sœurs et avec nous-mêmes. Elle nous prépare au « Grand Voyage », au grand pèlerinage final.